La Renaissance – Partie 2

(Lire la partie 1)

Je crois fermement que toutes les guérisons intérieures sont réalisables! La conscience est un joyau qui nous a été donné pour nous connecter au divin et retrouver de plus en plus ce que nous sommes vraiment. La renaissance permet de nous libérer, de nous reconnecter profondément à nous-mêmes, de retrouver un sens à notre vie.

Que de grandes expériences touchantes…

J’ai vu des mères et des pères défaits par la perte d’un enfant. En les accompagnant à compléter leur deuil après plus de 10 ans, 20 ans et même jusqu’à 30 ans, certains d’entre eux ont fait la découverte fracassante qu’ils avaient vécu pendant tout ce temps pour cet enfant et non pour eux-mêmes. Ils ont pu accepter de laisser partir cet enfant dans la lumière, le remerciant profondément et choisir de se réapproprier enfin leur vie !

J’ai vu des femmes qui ont osé plonger en elles pour se dégager de l’inceste, de ces gestes cachés qui les ont endolories et ternies jusqu’au plus profond de l’âme. Ces femmes s’en sont libérées, ont pardonné aux abuseurs, aux violeurs et se sont réapproprié leur corps et leur sexualité. Ces femmes sont redevenues de vraies femmes. Elles ont pu reprendre contact avec leur réelle beauté et leur intuition.

J’ai vu des hommes assez courageux pour oser s’ouvrir et voir ce qui n’allait pas… ce malaise, ce mal-être intérieur qui vous tiraille dans chacun de vos silences. Parfois ils ne pouvaient pas mettre de mots tellement les émotions s’étaient figées. Loin d’eux-mêmes, ils semblaient froids, non concernés. Derrière ce masque se cache souvent la blessure d’un père absent ou bien un père castrant, autoritaire qui a refroidi la vie dans le corps. « C’est ça un homme, mon garçon! » En se libérant, j’ai vu ces hommes pleurer comme des enfants de s’être sentis mal aimés. Au fil de leur guérison, ils se sont permis de redevenir des êtres sensibles et ouverts et finalement d’accepter de se laisser toucher. Certains d’entre eux ont pu dire enfin à leurs proches : « Je t’aime, tu es précieux pour moi! »

J’ai aussi été témoin d’enfants perturbés par la séparation de leurs parents, vivant dans le chantage émotif. D’autres, terrorisés intérieurement par la peur d’être eux-mêmes et de faire de la peine, par la peur de perdre l’amour pour toujours. Des enfants qui ressentent profondément l’égarement de leur parent. Ils crient par leurs comportements dérangeants, ils crient leur solitude pour que nous les remarquions, pour être entendus dans leur détresse. J’ai vu des étoiles revenir dans leurs yeux quand, rassurés d’amour inconditionnel, ils ont pu enfin s’exprimer librement.

J’ai vu des adolescents se chercher et ne pas se reconnaître dans ce monde d’illusion, de performance. Des ados déçus de la vie et en pleine révolte. Je les ai reçus dans leur colère et leur frustration. Ils se sont mis à mieux respirer, à trouver l’inspiration de vie, de leur vie. « Pourquoi suis-je venu sur la Terre, pourquoi suis-je donc ici ? » À un moment où l’autre, nous nous posons tous ces grandes questions laissées trop souvent sans réponse. J’ai aussi vu ces jeunes adultes après la tempête se reconnecter à eux-mêmes et retrouver leur chemin. Alors avec toute l’espérance du monde, ils nous propulsent en plein visage leur fougue et leur foi en la vie tellement elle est forte et puissante. Quel enseignement de vie!

J’ai vu des personnes âgées renaître. Après avoir fait leur bilan de vie, certaines m’ont profondément touchée en choisissant de remercier chacun de leurs enfants pour ce qu’ils sont vraiment. Elles n’ont pas attendu au seuil de la mort pour laisser parler leur cœur. Elles se sont permis d’être pleinement vivantes dans une qualité de vie et de présence encore plus grande. J’ai vu ces personnes partager avec tant de générosité la récolte de leur vie et se mettre au service, chaque jour, pour améliorer le monde, jusqu’au bout.

J’ai vu des personnes en fin de vie se dire vraiment et ouvrir leur cœur comme un grand livre sacré. En partageant leurs blessures, leurs déceptions, elles se sont avancées doucement vers le pardon, se réconciliant avec elles-mêmes et avec les autres. Je les ai vues enlever la censure des derniers moments, chercher les mots pour dire ce qui ne se dit pas… poser la main, regarder profondément et laisser une larme au coin des yeux se glisser comme une perle de vérité. Tout près de la mort, souvent les yeux s’ouvrent. Et parfois le mourant offre une grâce au moment de quitter… encore faut-il être là, ne pas avoir peur, ouvrir son cœur pour recevoir. J’ai vu la mort devenir purificatrice, transformatrice pour le mourant, pour la famille et les proches.

Au moment du passage vers l’autre rive, nous pouvons parfois ressentir la grâce flotter comme un ruban de paix, déposé par le mourant lui-même comme une dernière étreinte, comme un dernier baiser.

J’ai aussi accompagné des enfants à naître. Il y a de ces âmes éveillées qui viennent nous ouvrir au-delà de nous-mêmes pour frayer leur chemin et garder leur conscience. J’ai vu des mères, des pères se transformer profondément par la grossesse. Certains êtres donnent des messages clairs pour éveiller leurs parents. Que ce soit par des méditations, des rêves, des ateliers d’éveil, des renaissances ou autre… Ils trouvent leur chemin pour communiquer. Ils peuvent révéler ce qu’ils sont, ce qu’ils viennent faire sur la Terre, ce qu’ils veulent pour leur naissance; ils peuvent dévoiler leur sexe quand cela est approprié, certains se nomment ayant déjà choisi leur prénom. Ils se choisissent déjà. Ils créent les conditions d’une naissance plus lumineuse.

J’ai remarqué que ces parents peuvent être amenés à régler des blocages. L’arrivée de tels enfants bouscule. Leur vie en est totalement transformée. Ces parents renaissent en même temps que leurs enfants. J’ai vu de grandes retrouvailles le jour de la naissance. Ce ne sont pas seulement des parents qui accueillent leur bébé, ce sont des âmes qui se reconnaissent. C’est une grâce du ciel d’être témoin de l’incarnation d’une âme consciente. Le regard de ces enfants vient d’ailleurs, il révèle une clarté, une maturité fascinantes.

J’ai vu des mères, des pères, des femmes, des hommes, des bébés, des enfants, des adolescents… des êtres humains souvent blessés par la vie et choisissant l’éveil. Je les ai vus recevoir des touchers de l’Être, je les ai vus sortir du cocon de la souffrance et, au cœur de cette métamorphose, déployer leurs ailes dans la vie.

Se guérir, se transformer, faire ressurgir le meilleur de nous est un défi merveilleux! Des ressources insoupçonnées vers le bonheur sont ranimées, dès que l’on se reconnecte à nous-mêmes. Chaque humain qui retrouve son axe et agit à partir de son cœur respire plus amplement la vie. Cela permet aussi à notre chère planète de mieux respirer.

Il y a de l’espoir dans le monde…

Je remercie profondément toutes ces belles transformations. Dans certains moments de vie touchants, notre cœur d’humain rejoint un cœur beaucoup plus grand. Je peux affirmer maintenant qu’il est grand le miracle de l’amour!

Marie Soleil Plante

Chapitre écrit par Marie Soleil, paru dans le livre Ma vie après ta mort de Marjolaine Caron

Publicités

3 réflexions sur “La Renaissance – Partie 2

  1. Touchant… Lumineux…tellement rempli d’Amour…. J’en suis profondément émue… Merci et au plaisir de te Rencontrer. Et de ‘me Rencontrer’ à travers tes Soins…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s