J’ai chanté pour elle

Ma mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer, retrouve sa conscience un moment, avant de nous quitter…

Elle était là sans y être vraiment. Je venais la visiter, me sentant fébrile. J’espérais qu’elle me reconnaisse, avoir un contact chaleureux. J’espérais la retrouver. Je voulais retrouver ma mère, celle que j’avais connue. Je la cherchais entre ses mots, entre ses regards brumeux, entre ses pensées perdues. C’était un deuil à faire. Un grand deuil qui touche profondément le coeur et nous amène dans des zones d’incompréhension.

Pourquoi cette maladie qui venait me prendre ma mère? À chaque visite, que de surprises et de deuils à faire. Elle pensait que j’étais sa sœur, elle était contente de voir en moi cette sœur tant aimée. Elle se rappelait des souvenirs de son enfance, pourtant elle ne se souvenait plus que j’étais venue la voir la veille et même ce qu’elle avait mangé dans la journée. Au fil de nos rencontres, elle m’amenait dans des détachements beaucoup plus grands.  Et puis, est venue la fin de sa vie. Celle qu’on espère jamais…

La fin de vie de ma mère qui avait la maladie d’Alzheimer et qui n’était plus présente dans notre monde. Une surprise m’attendait pourtant!

Un jour, je lui avais apporté la photo du Christ et de la Vierge qu’elle aimait tant. Elle était très croyante. J’ai pensé que ce pourrait être un rappel pour elle, celui de sa spiritualité. Que cela pourrait la réconforter. Lorsque j’ai placé ces photos sur son mur, elle s’est mise à les regarder, à les fixer sans déroger. Elle ne parlait plus, mais ses yeux s’étaient illuminés. Ce pourrait-il que son âme comprenait, se souvenait?

Près d’elle, je lui ai alors chanté une chanson qu’elle me chantait lorsque j’étais petite, sans aucune réaction de sa part. Je ne sais pas pourquoi ni comment, mais en ce mois de juin, en plein CHSLD, j’ai soudain entonné un chant de Noël, « Les Anges dans nos campagnes » et à ma grande surprise, elle s’est mise à chanter un petit bout « Gloria… in excelsis Deo ». Elle chantait « DÉ-O ». Puisque ça semblait vraiment la rejoindre, j’ai entamé « O nuit de Paix » et lorsque je terminais, elle fredonnait la mélodie pour me faire signe de recommencer. Elle me regardait profondément. C’était un regard qui touche le plus profond de l’âme, un regard bleu qu’on n’oublie jamais.

Oui, je peux vous dire que dans ce CHSLD du Bas du Fleuve, j’étais en train de chanter de tout chœur des mélodies de Noël, oubliant même que la porte de la chambre était ouverte et que tout l’étage m’entendait. Je chantais pour elle. Plus que cela, je chantais AVEC elle. Elle était donc là, avec moi. Elle était donc capable d’être présente.

Le lendemain matin, dès que je me suis pointée dans sa chambre, elle fixait l’image du Christ et de Marie. Lorsque je me suis approchée pour lui dire bonjour, elle s’est retournée vers moi, m’a regardée et a immédiatement fredonné à ma grande surprise « O Nuit de Paix » pour que je recommence à chanter. Oui, j’ai chanté pour elle!

Elle était là, avec moi. Elle était revenue un moment dans notre monde et je pouvais lui parler. Je la sentais tellement fragile, comme un petit enfant. Je l’ai remerciée pour tout ce qu’elle avait accompli dans sa vie, pour ses dix beaux enfants, pour tout ce qu’elle nous avait donné à chacun. J’ai parlé ouvertement de la mort avec elle. Elle me recevait totalement. Je l’ai rassurée d’amour. Et spontanément, je lui ai chanté ces paroles : « Je t’aime maman d’amour! Je t’aime Jésus d’amour! ». Elle chantait avec moi… difficilement, mais elle y mettait tout son cœur, ses yeux brillaient. Elle était lumineuse. Nous avons chanté ensemble je ne sais plus combien de temps. Jusqu’à ce qu’elle ferme les yeux et que je reste là en suspens, caressant son bras, son visage, étonnée de ce qui venait de se produire.

Se peut-il qu’avant de nous quitter, une personne atteinte d’Alzheimer puisse retrouver pendant un moment sa conscience? Oui, je le crois. Je crois qu’au moment de la mort, l’âme est à l’œuvre de plus grand et qu’il y a une grâce qu’on ne peut décrire. Il n’y a pas de mots pour cela. Peut-être juste une chanson qui reste inscrite au fond du cœur, pour l’éternité.

J’offre ce poème à tous les enfants, aux familles, qui vivent le deuil d’un parent atteint de cette maladie, avant même qu’il ne parte. Ce poème que j’ai écrit à ma mère, six mois avant sa mort.

Maman 

Dans le monde qui est le tien, j’essaie en vain d’entrer, pour te rejoindre.

Qui a-t-il?

Des démons et des anges, des souvenirs étranges qu’il me faut déchiffrer?

Te souviens-tu de moi? Où es-tu maman?

À demi-vivante, à demi-présente ici… comme un enfant.

Suspendue dans le temps, sans repères, sans rien.

Te reste-t-il que les cavernes de ton passé, où tes secrets se sont lovés

pour ne plus te déranger, pour te laisser en paix?

Quelquefois tes fantômes reviennent te hanter et tu les oublies très vite.

Là, dans tes nuages, tu sembles perdue,

Laissée dans les mains des autres, attendant les touchers de compassion.

Tu fais passer le test, aux bons cœurs, maman.

Que se discerne le vrai amour!

Que naisse la vraie présence, pour que tu le reconnaisses

dans les mains qui te couvrent et te lavent et celles qui te font marcher vers demain.

Tes pas se sont tellement ralentis pour que tu te poses tranquillement vers toi, dans ce Retour.

Tu traverses le grand vide, le dénuement, et l’absence, pour peut-être, rencontrer DIEU.

Bientôt tu Le rejoindras, là dans ta vraie Demeure,

tu retourneras et tu te souviendras de tout.

Que la paix soit dans ton souffle, comme une amie

Qui te prend dans les bras de l’intérieur et te réconforte tendrement.

Il n’y a plus rien à craindre maman.

Les anges t’entourent de leurs ailes bienveillantes et t’apprennent lentement à t’envoler.

Et quand ce sera le moment, doucement, très doucement, tu fermeras les yeux

Et dans un dernier soupir, tu seras enfin chez toi.

Et je continuerai de t’aimer dans l’inconditionnel amour que tu m’as permis de découvrir.

Ton sourire et le grand bleu de tes yeux sont dans mon cœur, à toujours!

Marie Soleil

Publicités

5 réflexions sur “J’ai chanté pour elle

  1. Ton témoignage m’a touchée beaucoup et m’a permis de vivre un grand moment d’amour inconditionnel et de toucher la Grâce d’un instant d’éternité. Je t’aime TOI 😍

    J'aime

  2. WOW!!!! Comme c’est beau , comme c’est touchant, ton partage me touche. Gran merci a toi Marie-Soleil de nous partager ….ton coeur, en toute simplicité ….avec amour

    J'aime

    • Est-ce de la chanteuse Marie-Denise Pelletier??? Hommage à toi petite-soeur. Reconnais-toi en ce moment et toujours pour le magnifique travail, que tu accomplis au quotidien. Amour à toi xxooxx❤️ Yo

      >

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s